/medias/image/12359102655d7953779f6a5.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Pour la promotion 1957 : 60 ans et 6 jours

Actualité générale de l'Alliance Navale

-

15/01/2018

Septembre 1957 : nous étions 115, pas peu fiers d’intégrer l’Ecole Navale que nous allions aussitôt apprendre à dénommer la Baille. 115, sans compter nos amis étrangers qui nous ont bientôt rejoints, ni nos amis du génie maritime qui, plus tard, ont fait la « Jeanne » avec nous et qui viennent toujours, en bonne camaraderie, se joindre à nous. Enfin, nous, nous étions 115 et nous avions, en moyenne, 19 ans. Inutile de calculer, cela fait aujourd’hui 79 ans. Et nous ne sommes plus que 81. Le temps, inexorablement, fait son oeuvre.

Raison de plus pour ne pas laisser passer ce redoutable anniversaire de 60 ans et rassembler tous ceux qui le pouvaient pour prendre ensemble un peu de plaisir. Cela ne pouvait être évidemment que sur un bateau. Il en est aujourd’hui de fort beaux qui vont fort loin. Mais, bon, il fallait bien tenir compte de ce trop fameux temps qui rouille nos articulations et bien d’autres choses, et penser à nos chères épouses qui très heureusement nous accompagnent. La solution s’est imposée : on naviguerait, mais sur la Seine. Le fleuve est paisible et le « Botticelli », de CroisiEurope, est confortable et bien mené. L’idée fut lancée et vite acceptée par 21 d’entre nous auxquels se joignirent deux IGM, deux veuves de deux de nos camarades et, bien sûr, nos épouses. Au total, un solide groupe de 46 personnes. Mais on n’allait pas partir comme çà ! Onze membres de la promotion ne pouvaient embarquer mais souhaitaient participer à quelque chose. Qu’à cela ne tienne, on fit un déjeuner sur un autre bateau, bien amarré celui-là : le Cercle de la mer, à 800 mètres du « Botticelli ». Dans une chaleureuse et très sympathique ambiance, il réunit au total 28 convives le jour même de l’appareillage. C’était le mardi 19 septembre 2017.

A 18h00, les 46 navigants embarquèrent sur le « Botticelli ». Le temps de repérer sa cabine, d’écouter au salon-bar le commandant nous présenter son équipage puis de diner, à 21h00 on appareilla. Ce fut d’abord Paris et ses ponts brillamment éclairés. Mais le but ultime était Honfleur. On flâna en route. Escales à Poissy, Vernon, Rouen et Duclair, histoire de voir ou revoir au passage la Malmaison, Rouen sa cathédrale, son palais de justice, la place du marché où, en son temps, fut brûlée une vaillante pucelle, et sa curieuse « Aître » de Saint Maclou reliquat fort explicite d’un charnier érigé au XIV° siècle. Jeudi 21 septembre au soir, par un judicieux réflexe, le commandant se résolut à franchir deux écluses prévues pour le lendemain, histoire de déjouer la grève que les éclusiers avaient décidé de mettre en oeuvre à compter du 22 septembre à 00h00. Sinon, on aurait été coincés pendant 24 heures ! On put ainsi visiter comme prévu les abbayes de Jumiège et saint Vandrille. Enfin, ce fut presque un quart de nuit pour admirer le spectaculaire pont de Normandie sous lequel nous sommes passés le vendredi 22 septembre à 23h30. Le grand large n’était pas loin et les souvenirs affluaient. Mais nous allions à Honfleur. Ce fut Honfleur.

Honfleur, dominé par la chapelle Notre Dame de Grâce chère aux marins, est vraiment un bel endroit où se sont forgées en son temps tant d’aventures maritimes et où naquit, entre autres, l’impayable Alphonse Allais. Une excellente guide nous en a fait goûter tous les charmes après avoir emmené dès l’aurore les plus courageux déguster le Pont L’Evêque. Nous étions en Normandie. Il fallait parfaire. Elle emmena toute la troupe siroter le calvados du domaine du Breuil et, finalement, fouler les planches huppées de Deauville.

Toute la troupe à Honfleur. .

Tout cela par un temps aussi splendide qu’inespéré. Mais mieux encore que la qualité du bâtiment et de son équipage, la météo favorable, la beauté calme du fleuve avec ses nombreuses iles et ses rives où l’on passe sans transition de sites industriels conséquents à de paisibles paysages boisés, et l’intérêt des sites visités, nous étions bien ensemble. Nos vies avec leurs parcours divers étaient derrière nous. Nous n’ignorions pas, ou nous apprenions vite, ce que chacun avait fait dans cette marine que nous avions découvert à 19 ans ou ailleurs pour ceux qui avaient bifurqué. Parfois, le premier jour, on avait pu se demander quel nom se cachait derrière une figure que l’on n’arrivait pas à reconnaître. Le temps, le temps toujours et son oeuvre. Mais les ambigüités avaient été vite levées et, spontanément, l’entente s’était installée que nos épouses renforçaient. Tous les matins, à bord, une séance de gymnastique sur le pont supérieur ralliait presque tous les suffrages dans une vigoureuse bonne humeur. A table, point de places réservées ni le moindre protocole. De repas en repas, on changeait de table et on voyait tout le monde. On se sentait bien.

Le dimanche 24 septembre, à 8 heures, toujours à Honfleur, tandis que débarquaient les autres groupes, une sonnerie très vraisemblablement inconnue de l’équipage du « Botticelli » a retenti sur le pont : celle de la messe. Elle fut célébrée par le curé de l’église Sainte Catherine devant le groupe « Ecole navale 57 » quasiment complet. A 8h45 - le temps nous était mesuré - son départ fut salué à la coupée par les deux coups de sifflet réglementaires.

A 9h00, tout le monde était à terre et montait dans le car pour Paris. A 9h05, le « Botticelli » appareillait sans nous vers d’autres croisières. Nous avions vécu 6 bonnes journées, une pour chaque dizaine de nos 60 ans.

Gildas Dacre

295 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Actualité générale de l'Alliance Navale

Présentation au Drapeau de la promotion 2019, EN et OSC.

User profile picture

Association AEN

14 octobre

Actualité générale de l'Alliance Navale

Un marin qui écrit, parution le 16 octobre

User profile picture

Association AEN

09 octobre

Actualité générale de l'Alliance Navale

DÉJEUNER DÉBAT "RÉSEAU SUFFREN"

User profile picture

Association AEN

08 octobre