logo
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

DEFNET 2019, la cyberdéfense se joue en équipe

Actualité générale de l'Alliance Navale

-

08/04/2019


L’exercice interarmées de cyberdéfense DEFNET 2019 s’est déroulé cette année du 18 au 27 mars. Pour cette édition, le centre support cyberdéfense de la Marine a exécuté une attaque ciblée sur un réseau d’automates de la frégate multi-missions (FREMM) Auvergne afin d’éprouver ses capacités de lutte informatique défensive. Dès les premières phases de l’exercice, la cybersurveillance effectuée depuis la FREMM et à terre a démontré son aptitude à détecter les signaux précurseurs d’une attaque.

La détection et classification de ces signaux ont conduit à l’armement d’une cellule de crise à l’état-major opérationnel de la Marine (EMO-M) et au déploiement d’un groupe d’intervention cyber (GIC) Marine à bord de la FREMM Auvergne, permettant ainsi de recueillir des informations précieuses au plus près de la cible de la menace. Mais c’est en interarmées que s’est jouée la classification finale de l’attaque grâce à la collaboration de la direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information (DIRISI), sollicitée pour mettre en œuvre un GIC à partir du Centre Opérationnel Cybersécurité Régional (SOC-R) de Toulon, et les moyens de surveillance du Centre National de Mise en Œuvre des Intranets (CNMO-I) de Maisons-Laffitte. Et c’est avec l’industriel Naval Group que la menace a pu être contrée en effectuant l’application rapide d’un correctif de sécurité (patch).

« Le cyberespace est un champ de confrontation à part entière. Par les menaces numériques qu’elle traite, la cyberdéfense est au cœur de la conduite des opérations et du commandement. A l’instar de DEFNET, l’entrainement des équipages à la cyberdefense est crucial pour développer notre protection et notre résilience. Comme pour la lutte anti-aérienne, il faut apprendre à détecter, classifier, traiter et détruire les menaces. Elle est autant l’affaire de spécialistes « cybercombattants », que de l’ensemble des marins pour se préparer au combat numérique.

Ainsi, le volet Marine de DEFNET 2019 a permis d’associer de nombreux acteurs, la DIRISI, l’EMO-M, le commandement de l’arrondissement maritime Méditerranée (CECMED), l’état-major de la force d’action navale (ALFAN), le service de soutien de la flotte (SSF), la FREMM Auvergne, et l’industriel Naval Group. Cette édition a aussi été l’occasion de mettre en œuvre une nouvelle méthodologie d’analyse des risques dans le cadre du déploiement d’un patch en temps très contraint.


209 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Actualité générale de l'Alliance Navale

MODALITÉS D’ADHÉSION A L'AEN.

User profile picture

Association AEN

30 juillet

Actualité générale de l'Alliance Navale

La Route du Liban-Secours aux minorités d’Orient, par le CA 2S Jean Patrick Pluvinet

User profile picture

Association AEN

21 juillet

Actualité générale de l'Alliance Navale

La marine à Paris accueille les marins

User profile picture

Association AEN

16 juillet

alliancenavale.fr